Une balade à Zurich

Zurich est à la clé de votre région métropolitaine en constante expansion qui comprend des parties de la Suisse clé, supérieure et orientale. C’est le centre commercial, économique et sociétal de la nation et probablement les villes suisses les plus cosmopolites et actives. Tout au long de la métropole, l’espace naturel atteint les rives du lac de Zurich, bordées de parcs communautaires attrayants, et sur les pentes de Zürichberg. La région a une structure culturelle diversifiée; plus d’un tiers de ses habitants est composé d’immigrants. Les plus grands groupes d’immigrants viennent d’Italie, des Balkans, du Portugal et d’Allemagne. De plus, il y a une petite population humaine d’immigrants peu européens. L’incorporation des immigrants, en particulier ceux déplacés par le conflit des Balkans et les personnes originaires de pays tiers en Europe, a posé plusieurs problèmes, en particulier les collèges, après le 20e siècle et le début du 21e. Les tensions culturelles qui en ont résulté se sont néanmoins apaisées, parallèlement à la publication par la ville de plans sociaux destinés aux immigrants, alors que des contraintes plus strictes ont été instituées pour l’immigration de l’extérieur de l’UE. La Suisse et Zurich n’ont pas été surchargées de migrants autant que d’autres pays européens européens l’ont été tout au long de la crise des migrants de 2015-2016, en partie parce que la diaspora musulmane en Suisse était modeste, ce qui en fait une destination moins accrocheuse pour ceux qui fuient la Syrie. Bataille civile ainsi que d’autres situations turbulentes dans le centre de l’Est et en Afrique. Zurich était autrefois un bastion protestant, mais au début du XXIe siècle, environ 1 habitant de Zurich était protestant. Le catholicisme romain a pris le relais en tant que foi dominante, principalement en raison de l’immigration. Les immigrants dans les Balkans et la volaille ont contribué à l’augmentation du groupe musulman. Il y a aussi une petite communauté juive locale à Zurich. La zone centrale de Zurich et la majorité des capacités de conception de la ville augmentent le long des deux rives de la rivière Limmat, qui va de votre côté nord du lac de Zurich depuis le centre de la ville et vers l’ouest. Le quartier excentré et joliment conservé de l’altstadt zurichoise, quartier du centre-ville, présente un héritage de design, notamment le Grossmünster roman, créé par Charlemagne à partir des années 700; le Saint du XIIIe siècle. Cathédrale de Peter; et les propriétés de guilde chic et les maisons patriciennes, dont beaucoup sont utilisées comme lieux de restauration ou même pour des capacités civiques. Le Fraumünster (Minster in our Young lady) est réputé pour ses fenêtres décolorées produites par Marc Chagall. À côté de l’historique Altstadt se trouve le quartier des achats de la Bahnhofstrasse, dont les structures identifiées remontent à 1870. Centrée sur la Paradeplatz, la Bahnhofstrasse abrite des magasins de luxe, voyage entreprise dont ceux des joailliers et horlogers reconnus du pays. Des cafés, des grands magasins et des magasins vendant de l’artisanat et des livres à proximité bordent également le boulevard. Juste au-dessus du ruisseau Limmat depuis votre Bahnhofstrasse, se trouve la Niederdorfstrasse, une adresse pour les jeunes de Zurich, qui présente des bistrots, des points de vente et des restaurants racistes. Les quartiers de cours minimisant les cours de Zurich se trouvent dans les parties ouest et supérieure de la ville. Au nord de Zürichberg, entre l’aéroport et la région, se trouve peut-être le Glattal, à peu près la zone qui augmente le plus rapidement en Suisse. À Zurich Nord, un quartier au nord dans la zone près du terminal de l’aéroport, un centre-ville mineur s’est régulièrement formé. Un grand nombre d’entreprises, en particulier le siège social d’entreprises mondiales, y ont trouvé. La partie ouest de Zurich, ancienne zone industrielle et légère rougeâtre, continue d’être transformée en une région populaire avec une architecture moderne ambitieuse, des théâtres, des détaillants, des galeries d’art, des espaces de vie à domicile et plusieurs vie nocturne. Zurich a nourri un riche style de vie sociétal, ses théâtres et ses opéras ont souvent été caractérisés par la créativité et l’essayage. L’Opéra de Zurich (1891), le Schauspielhaus (Théâtre; 1901) et le Schiffbau (Transport Hall; 2001) ont une importance à l’étranger. Zurich a son propre orchestre, le Tonhalle, qui dispose de son propre couloir, le lieu où l’Orchestre de chambre Zürich Holding prend également place. Le Cabaret Voltaire a rouvert ses portes en 2004 dans l’Altstadt, ravivant les traditions zurichoises d’efficacité avant-gardiste.

La récession du bilan est la raison de la «stagnation séculaire»

La Grande Récession est souvent comparée à la stagnation du Japon depuis 1990 et à la Grande Dépression des années 1930. Ce chapitre fait valoir que la caractéristique clé de ces épisodes est l’éclatement d’une bulle d’actifs financée par la dette, et que de telles «récessions au bilan» mettent longtemps à se remettre. Il n’est pas nécessaire de souffrir d’une stagnation séculaire si le gouvernement compense le désendettement du secteur privé par des mesures de relance budgétaire. Cependant, tant que le grand public ne comprend pas l’erreur de composition, les démocraties auront du mal à mettre en œuvre de telles politiques pendant les récessions du bilan. La mécanique de la récession du bilan Sur le plan économique, lorsqu’une bulle financée par la dette éclate, un grand nombre d’entreprises et de ménages se rendent compte que les engagements qu’ils ont contractés pendant les jours de bulle sont toujours dans leurs livres, tandis que les actifs qu’ils ont achetés avec des fonds empruntés ont perdu de leur valeur, laissant leurs bilans profonds sous l’eau. Afin de sortir de leur territoire de capitaux propres négatifs, ils n’ont d’autre choix que de rembourser la dette avec leur cash-flow le plus rapidement et le plus discrètement possible. En d’autres termes, ils minimisent la dette au lieu de maximiser les bénéfices. Bien que ce soit la bonne chose à faire pour les entreprises individuelles et les ménages, lorsque tout le monde le fait en même temps, l’économie tombe dans une erreur de composition massive. En effet, dans une économie nationale, si quelqu’un économise de l’argent ou rembourse sa dette, quelqu’un d’autre doit emprunter et dépenser le même montant pour que l’économie progresse. Dans l’économie habituelle, cette tâche incombe au secteur financier, qui est incité à prêter ou à investir tous les fonds qui lui sont confiés afin de maximiser les bénéfices. Et le mécanisme habituel pour s’assurer que tous les fonds économisés sont empruntés et dépensés est le taux d’intérêt; quand il y a trop d’emprunteurs, les taux d’intérêt augmentent et quand il y en a trop, peu de taux baissent. Mais après l’éclatement d’une bulle des prix des actifs à l’échelle nationale, ceux qui ont des bilans sous l’eau ne sont pas intéressés à augmenter les emprunts à n’importe quel taux d’intérêt. Il n’y aura pas non plus beaucoup de prêteurs, surtout lorsque les prêteurs eux-mêmes ont des problèmes de bilan. Le manque d’emprunteurs signifie qu’une partie importante des fonds nouvellement épargnés et désendettés qui sont confiés au secteur financier ne peuvent pas réintégrer l’économie réelle. Cela signifie à son tour que ces épargnes non empruntées deviennent une fuite dans le flux de revenus et un écart déflationniste pour l’économie. S’il est laissé sans surveillance, cet écart déflationniste poussera l’économie encore plus profondément dans la récession du bilan, une récession très inhabituelle qui ne survient qu’après l’éclatement d’une bulle nationale des prix des actifs. Figure 1. Les secteurs privé américain, britannique, sud-coréen et australien1, 2 se désendettent après la bulle Notes: 1 Secteur privé = secteur des ménages + secteur des sociétés non financières + secteur financier. 2 Toutes les entrées sont des moyennes mobiles sur quatre trimestres. Pour les derniers chiffres, des moyennes sur quatre trimestres se terminant au 1T / ’14 sont utilisées. Sources: Office for National Statistics, UK, FRB, Australian Bureau of Statistics et Bank of Korea. Les données sur les flux de fonds des pays développés qui ont connu des bulles immobilières jusqu’en 2008 indiquent que, à l’exception de l’Australie, leurs secteurs privés sont tous excédentaires, c’est-à-dire qu’ils économisent de l’argent ou remboursent leur dette (figures 1 et 2). Le fait qu’ils économisent de l’argent ou remboursent leur dette au lieu d’emprunter à des taux d’intérêt nuls signifie que les secteurs privés de tous ces pays sont confrontés à de graves problèmes de bilan. Le même schéma est observé dans le secteur privé au Japon après l’éclatement de ses énormes bulles immobilières et boursières en 1990 et en Allemagne après l’éclatement de sa bulle télécoms en 2000 (graphique 3). Figure 2. Les secteurs privés de la zone euro1, 2 se désendettent massivement après la bulle Notes: 1 Secteur privé = secteur des ménages + secteur des sociétés non financières + secteur financier. 2 Toutes les entrées sont des moyennes sur quatre trimestres. Pour les derniers chiffres, des moyennes sur quatre trimestres se terminant au 4T / ’13 sont utilisées pour l’Irlande, la Grèce et l’Italie, et celles se terminant au 1T / ’14 sont utilisées pour l’Espagne et le Portugal. Sources: Banque de Grèce, Banco de España, Institut national de statistique, Espagne, Banque centrale d’Irlande, Office central des statistiques d’Irlande, Banco de Portugal, Banca d’Italia et Institut national italien de statistique. Pendant ce type de récession, la politique monétaire est largement inefficace car, comme indiqué précédemment, ceux qui ont des bilans sous l’eau n’augmenteront pas les emprunts à aucun taux d’intérêt, et les institutions financières ne sont pas non plus autorisées à prêter à ces emprunteurs avec des bilans sous l’eau. De plus, le gouvernement ne peut pas dire au secteur privé de ne pas rétablir ses bilans car le secteur privé n’a pas d’autre choix que de mettre de l’ordre dans ses finances. Cela signifie que la seule chose que le gouvernement puisse faire pour compenser les forces déflationnistes provenant du désendettement du secteur privé est de faire le contraire du secteur privé, c’est-à-dire d’emprunter et de dépenser l’épargne non empruntée dans le secteur privé. En d’autres termes, la relance budgétaire devient absolument essentielle pendant ce type de récession. Figure 3. Les secteurs privé japonais et allemand1, 2 se sont également désendettés après leurs bulles Notes: 1 Secteur privé = secteur des ménages + secteur des sociétés non financières + secteur financier. 2 Toutes les entrées sont des moyennes mobiles sur quatre trimestres. Le dernier chiffre pour l’Allemagne est une moyenne mobile sur quatre trimestres se terminant au 4T / ’13. Sources: Banque du Japon, Cabinet Office, Japon, Bundesbank et Eurostat. Si le gouvernement empruntait et dépensait rapidement l’épargne non empruntée dans le secteur privé, il n’y aurait pas de fuite dans le flux de revenus et le niveau du PIB serait maintenu. Si le niveau du PIB est maintenu, le secteur privé aura les revenus pour rembourser la dette. Étant donné que les prix des actifs ne tomberont pas en dessous de zéro, tant que le secteur privé aura les revenus pour rembourser la dette, le problème du bilan sera finalement résolu. Cela signifie également que le gouvernement doit maintenir la relance budgétaire pendant des années jusqu’à ce que le secteur privé ait fini de réparer ses bilans et soit prêt à emprunter à nouveau. Tout retrait prématuré des mesures de relance budgétaire libérerait les forces déflationnistes, car l’épargne non empruntée peut devenir une fuite dans les flux de revenus de l’économie. En effet, les États-Unis en 1937, le Japon en 1997 et le Royaume-Uni et la zone euro en 2010 ont tous connu de graves récessions à double creux lorsque leurs gouvernements ont poursuivi l’assainissement budgétaire alors que leurs secteurs privés étaient encore en train de rétablir les bilans. La dynamique des économies à terme au cours de cette période est nécessairement faible, car une grande partie des flux de trésorerie des entreprises est consacrée au remboursement de la dette plutôt qu’à la recherche et au développement de nouveaux produits. Même si les départements de recherche d’entreprise proposent de nouvelles idées et de nouveaux produits, leur direction peut ne pas être en mesure de les mettre en production en raison de la nécessité de réparer d’abord leurs bilans. De nombreuses entreprises japonaises ont perdu leur avance sur leurs concurrents étrangers au cours des 20 dernières années pour cette raison. De nombreux ménages reconstruiront également les économies qu’ils pensaient avoir avant l’éclatement de la bulle. Cela signifie qu’ils vont réduire leurs achats de toutes sortes, mais surtout ceux à crédit. Le fait que les secteurs des ménages de pratiquement tous les pays développés soient devenus d’énormes épargnants nets après 2008, malgré des taux d’intérêt record, a même rendu les entreprises aux bilans sains extrêmement prudentes à investir dans de nouvelles capacités. La reprise après la récession du bilan prend du temps Lorsque l’économie est confrontée à une erreur de composition qui affecte une grande partie de la société, le fardeau ne peut pas être facilement transféré à un autre groupe. Si le gouvernement décide de renoncer à toute dette pour les entreprises et les ménages insolvables, par exemple, le problème revient simplement aux entités qui leur ont prêté de l’argent, à savoir les banques et les déposants. Cela signifie que la seule option est d’attendre que l’ensemble de la société s’améliore, un processus qui prend du temps. Dans une récession de bilan, les entreprises et les ménages touchés doivent utiliser de nouveaux flux d’épargne pour rétablir lentement leur bilan alourdi par le stock de dette excessive. Plus les bilans sont endommagés, plus il faut de temps pour les nettoyer. Par exemple, si une entreprise a un trou de 10 millions de dollars dans son bilan et peut générer 2 millions de dollars par an de flux de trésorerie qui peuvent être utilisés pour rembourser sa dette, le processus de réparation prendra cinq ans. Mais alors que de plus en plus d’entreprises se lancent dans ce processus et commencent à utiliser une grande partie de leurs flux de trésorerie disponibles pour rembourser leur dette, la récession s’aggrave, comprimant les flux de trésorerie et entraînant de nouvelles baisses des prix des actifs qui ont déclenché la récession en premier lieu. C’est pourquoi le gouvernement – qui est en dehors des problèmes de sophisme de composition – doit prendre de manière proactive l’autre côté du pari, pour ainsi dire, du secteur privé et empêcher un cercle vicieux. Si le gouvernement fait l’erreur d’opter trop tôt pour l’assainissement budgétaire, une récession que les gens s’attendaient à voir se terminer dans deux ou trois ans – comme au Japon en 1997 – pourrait persister pendant sept ans, voire dix. Même après la réparation des bilans, les personnes qui ont été contraintes de se désendetter pendant une longue période ont tendance à subir une sorte de traumatisme lié à l’endettement qui fait obstacle psychologiquement à l’emprunt, même après avoir assaini leurs bilans. Les Américains qui ont dû rembourser leur dette pendant la Grande Dépression – la récession du bilan par excellence – n’ont jamais emprunté d’argent jusqu’à leur mort. Même après que les bilans du secteur privé américain ont été réparés grâce aux dépenses astronomiques du gouvernement pendant la Seconde Guerre mondiale, il a fallu attendre 1959 (c’est-à-dire trois décennies complètes) pour que les taux d’intérêt américains reviennent au niveau moyen des années 1920. Les Japonais ont fini de réparer leurs bilans d’entreprises d’ici 2005, mais rien n’indique qu’ils reprennent leurs emprunts malgré les taux d’intérêt les plus bas de l’histoire de l’humanité et les banquiers les plus disposés. Et cela est vrai même après une année complète d’Abenomics, qui comprenait un assouplissement monétaire massif. Les démocraties sont mal équipées pour faire face aux récessions du bilan Sur le plan politique, le fait malheureux est que les démocraties sont mal équipées pour gérer de telles récessions. Pour qu’une démocratie fonctionne correctement, les gens doivent agir sur la base d’un fort sentiment de responsabilité personnelle et d’autonomie. Mais ce principe va à l’encontre du recours à la relance budgétaire, qui implique de dépendre d’un «grand gouvernement» et d’attendre une reprise. Pendant une récession de bilan, les personnes ayant de bons revenus et des bilans sains s’opposeront avec véhémence à la relance budgétaire et avec elle aux implications du grand gouvernement, en particulier une fois qu’elles apprendront que la relance aidera à sauver les personnes et les institutions qui ont participé à la bulle. De plus, la plupart des gens ne savent pas que ce type de récession est déclenché par des problèmes de composition fallacieuse qui se produisent lorsque les entreprises et les ménages commencent à faire ce qui est bien et responsable en réparant leur bilan. Lorsque le gouvernement tente d’administrer des mesures de relance budgétaire, les médias, les experts et les citoyens ordinaires qui ne comprennent pas les récessions au bilan sont prompts à affirmer que les politiciens gaspillent l’argent des contribuables dans des projets inutiles pour gagner la réélection. Au cours des 20 dernières années, les médias japonais et les universitaires orthodoxes ont assimilé de manière juste et presque réflexive la relance budgétaire à la politique du baril de porc. Aux États-Unis, des membres du Tea Party, le groupe dissident du Parti républicain devenu si influent, ont effectivement misé sur leur carrière politique pour empêcher le gouvernement fédéral d’entreprendre des mesures de relance budgétaire. La décision de la chancelière allemande Angela Merkel d’imposer un pacte budgétaire appelant tous les pays de la zone euro à suivre l’exemple de l’Allemagne et à poursuivre l’assainissement budgétaire était basée sur une philosophie similaire. Étant donné que ces personnes n’ont jamais été exposées au concept de récession du bilan à l’université, il est difficile de les convaincre de la nécessité d’une relance budgétaire pour soigner une maladie dont elles n’ont jamais entendu parler. Le fait est qu’il est presque impossible de maintenir la relance budgétaire dans une démocratie en temps de paix. C’est difficile dans une démocratie parce que de telles politiques ne peuvent être mises en œuvre et maintenues en temps de paix que si des millions de personnes sont convaincues de la nécessité d’une relance budgétaire. En revanche, dans un État autocratique, une seule personne – le dictateur – doit être persuadée pour à la fois administrer et maintenir la relance budgétaire. C’est difficile en temps de paix car pendant la guerre, lorsque la survie d’une nation est en jeu, personne ne se plaint des dépenses du gouvernement en armements ou en abris anti-aériens. Il n’y a aucun danger de s’enliser dans des débats sans fin sur la façon de dépenser l’argent, car la réponse à cette question en temps de guerre est claire pour toutes les parties concernées. Adolf Hitler et Franklin Roosevelt ont tous deux été élus en 1933, alors que l’Allemagne et les États-Unis connaissaient de graves récessions au bilan. Le taux de chômage allemand a atteint 28% cette année-là et le taux américain n’était pas loin derrière avec 25%. Bien que les deux aient commencé par une relance budgétaire, Roosevelt, inquiet des critiques des faucons déficitaires, a inversé le cap en 1937, entraînant une grave récession à double creux et un taux de chômage remontant à près de 20%. Hitler, en revanche, a maintenu le cap et en 1938, le chômage allemand était tombé à 2%. Et rien n’est pire qu’un dictateur avec un mauvais programme ayant la bonne politique économique, surtout lorsque les démocraties qui l’entourent sont prises en otage par l’orthodoxie et restent incapables d’adopter des politiques correctes. Plus récemment, le gouvernement chinois a mis en œuvre une relance budgétaire de 4 000 milliards de renminbi en novembre 2008, alors qu’il faisait face à une forte baisse des prix des actifs intérieurs et des exportations. En pourcentage du PIB, la relance était plus du double de la taille du paquet de 787 milliards de dollars du président Obama déchaîné trois mois plus tard. À l’époque, séminaire Auvergne les observateurs occidentaux riaient lorsque le gouvernement chinois a annoncé qu’il allait maintenir une croissance de 8%. La croissance de la Chine a rapidement atteint 12% et personne ne riait. Le gouvernement américain, en revanche, a été extrêmement prudent avec ses mesures de relance budgétaire en raison de la crainte que le plan de relance ne soit critiqué pour gaspillage d’argent. En conséquence, il ne pouvait pas offrir le genre de choc positif que ses concepteurs espéraient. L’incapacité de l’administration Obama à renouveler le plan de relance budgétaire en raison de l’opposition républicaine a considérablement ralenti la reprise américaine qui a suivi. Il n’est en fait pas difficile de mettre en œuvre des mesures de relance budgétaire lorsqu’un pays subit un choc majeur (comme l’échec de Lehman et la crise mondiale). Le défi est de savoir s’il peut être maintenu en place suffisamment longtemps pour que le secteur privé puisse terminer la réparation des bilans. Lors de la réunion d’urgence du G20 tenue à Washington deux mois après l’effondrement de Lehman Brothers, les 20 pays ont convenu d’administrer une dose de relance budgétaire – une décision imputable en grande partie aux efforts du Premier ministre japonais Taro Aso. Ancien dirigeant d’entreprise, Aso était l’un des rares politiciens japonais à comprendre que la relance budgétaire était la clé pour maintenir le PIB japonais lorsque le secteur privé économisait 8% du PIB à des taux d’intérêt nuls. Et lors de la réunion du G20, il a utilisé la figure 4 pour dire aux dirigeants des 19 autres pays que le Japon était en mesure de maintenir son PIB au-dessus du pic de la bulle pendant toute la période post-bulle grâce à des mesures de relance budgétaire, malgré les prix de l’immobilier commercial. chute de 87% du sommet au niveau de 1973. Figure 4. Le PIB du Japon a augmenté malgré une perte importante de richesse et un désendettement du secteur privé Sources: Cabinet Office, Japan Real Estate Institute. Le G20 a finalement accepté d’administrer des mesures de relance budgétaire en 2009, et l’économie mondiale a organisé une reprise en forme de V au lieu de tomber dans une dépression, comme on le craignait. Mais dès que l’économie a commencé à montrer des signes de vie, les faucons déficitaires ont repris le débat politique. Ceux qui empêchent les crises ne deviennent jamais des héros On dit souvent que les personnes qui empêchent les crises ne deviennent jamais des héros. Hollywood nous enseigne que pour qu’il y ait un héros, il faut d’abord une crise, et l’expérience des premiers ministres Taro Aso et Gordon Brown le confirme. Les médias japonais, par exemple, ont complètement manqué l’importance de la contribution d’Aso au G20 en novembre 2009. Au lieu de cela, ils ont essayé de dépeindre son administration comme un gouvernement soignant avant les élections générales prévues pour 2009 et ont consacré une grande partie de la couverture à la mauvaise interprétation par le Premier ministre d’un seul caractère chinois dans un discours. En partie à cause de cette publicité, le LDP a été défait aux élections tenues en août 2009. Le Premier ministre britannique Gordon Brown, un autre leader qui comprenait ce qu’était une récession du bilan et a utilisé des mesures de relance budgétaire pour y faire face, a également été défait dans son quête de réélection. Lors du sommet de Toronto en 2010 – avec Aso et Brown, qui avaient évité les crises, hors de vue – les dirigeants du G20 se sont mis d’accord sur un plan pour réduire de moitié leurs déficits budgétaires en trois ans. Ceci en dépit du fait que les secteurs privés de ces pays ont continué d’épargner massivement malgré des taux d’intérêt proches de zéro. Le resserrement budgétaire qui en a résulté a fait reculer les économies développées, le Royaume-Uni et de nombreuses parties de la zone euro tombant dans des récessions à double creux. Le Japon, sous le nouveau gouvernement DPJ qui ne comprenait rien aux récessions du bilan, a également stagné. Aux États-Unis, cependant, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke et d’autres se sont vite rendu compte que l’accord de Toronto avait été une erreur. Ils ont empêché les États-Unis de poursuivre une consolidation budgétaire prématurée en lançant l’avertissement avec l’expression «falaise budgétaire», ce qui en fait le premier pays à revenir sur l’accord. Par conséquent, les États-Unis – seuls parmi les pays développés – ont continué d’afficher une croissance économique modeste, tandis que le Japon, le Royaume-Uni et l’Europe continentale ont connu une grave faiblesse économique. En partie à cause de la réflexion ultérieure sur cette erreur, le pendule était revenu vers la reconnaissance de l’importance des mesures de relance budgétaire au moment où le Sommet du G20 de Saint-Pétersbourg s’est tenu en 2013. Bien que les trois années suivant le Sommet de Toronto aient été complètement gâchées par une perspective économique mondiale, les décideurs ont au moins reconnu que les mesures de relance budgétaire sont importantes dans ce type de récessions. Le risque demeure, cependant, que cela ne devienne qu’une nouvelle étape d’un cycle d’activation / désactivation des mesures de relance budgétaire dans les démocraties en temps de paix. Les exemples ci-dessus montrent qu’il n’est pas nécessaire de souffrir de «stagnation séculaire» si des politiques appropriées sont mises en place, mais que les démocraties sont très mal à mettre en œuvre de telles politiques pendant les récessions du bilan. Cette situation restera dans les démocraties jusqu’à ce que le grand public (les millions) soit mis au courant de la maladie appelée récession du bilan et comment la guérir.

Tuez l’anxiété à propos de sa campagne

Mon cœur pourrait être avec Warren, mais ma tête pourrait me dire Klobuchar. Donc je ne sais pas.  » Avec moins de deux semaines avant les caucus de l’Iowa, il est maintenant temps pour Karen Crosby de se décider. Crosby, un instructeur ESL adulte qui est venu voir Elizabeth Warren lors d’un rassemblement à Grimes, a déclaré qu’elle savait qu’il pouvait sembler étrange qu’elle hésite entre deux candidats avec des visions radicalement différentes pour le pays: Warren, progressiste des grandes idées, et Amy Klobuchar, un modéré pragmatique. Mais ce qu’elle essayait de décider, a déclaré Crosby, quelle vision pouvait réellement battre Donald Trump. Elizabeth Warren est la «candidate» de la primaire démocrate: depuis plus d’un an, les électeurs l’agonisent comme Crosby. Ils l’aiment – ils l’aiment! Mais, disent-ils, ils craignent qu’elle ne puisse pas battre Trump: parce qu’elle est trop à gauche, parce qu’elle est trop impraticable, parce qu’elle ne parle pas aux Midwesterners blancs. Parfois, cette inquiétude est si claire qu’elle n’a pas besoin d’être exprimée: j’aime Warren, mais … », disent les électeurs, puis s’en vont, comme si les raisons étaient évidentes. Dans l’Iowa, avec les caucus à proximité et Warren derrière Bernie Sanders et Joe Biden dans la plupart des sondages à la fois au niveau national et dans l’État, la campagne de Warren s’est orientée pour changer cette dynamique – convaincre les têtes d’Iowans, pas seulement leur cœur. La campagne a remodelé ses événements d’une manière qui semble viser directement les angoisses des électeurs. Ils travaillent pour convaincre les électeurs obsédés par battre Trump que Warren peut faire appel aux modérés. Vendredi, la campagne a pris la rare mesure de publier une note de stratégie décrivant ses plans au-delà de l’Iowa et des premiers États votants, soulignant le nombre d’employés à travers le pays et leur préparation à une longue lutte pour l’investiture. » Et pour la première fois, Warren s’est attaqué de front à une anxiété qui persistait, non dite, dans l’esprit de nombreux électeurs tout au long de la primaire: si une femme peut battre Trump. Les substituts de la campagne, comme l’ancien candidat Julián Castro, ont commencé à présenter Warren comme le candidat de l’unité », arguant qu’elle peut unir les factions du Parti démocrate d’une manière qu’aucun autre favori ne peut. Lors d’un swing en janvier dans l’Iowa, sa campagne a permis à Warren d’être présenté par d’anciens républicains lors d’événements consécutifs. Ils ont publié une liste de républicains de l’Iowa qui avaient déclaré qu’ils prévoyaient de créer un caucus pour Warren. Sur Medicare for All, le problème qui l’a déclenchée l’année dernière en raison des inquiétudes que le plan était trop radical, Warren a perfectionné un argumentaire en matière de soins de santé qui sonne, au moins jusqu’à la fin, comme s’il avait été arraché au discours de la souche de Klobuchar. Il existe des données qui montrent le potentiel de Warren: elle est la candidate de deuxième choix la plus populaire parmi les électeurs de l’Iowa. Mais bon nombre de ces personnes, les données le montrent également, la classent derrière les autres leaders de l’Iowa – Biden, Sanders et Pete Buttigieg. Les inquiétudes des électeurs au sujet de Warren sont, au moins en partie, pourquoi elle reste leur deuxième choix, selon des conversations avec des dizaines d’électeurs à travers l’Iowa ces derniers mois. Pour gagner leurs votes, beaucoup disent, elle doit les convaincre qu’elle peut gagner. Ce changement reflète en partie une réponse aux vives inquiétudes des électeurs de l’Iowa concernant l’unité. Quand elle était dans l’État plus tôt ce mois-ci, les électeurs ont demandé à Warren lors de trois événements distincts comment elle allait unir le pays. Spencer Platt / Getty Images La vision de Warren en tant que candidat à l’unité »n’est pas entièrement nouvelle. Sa campagne a explicitement tendu la main aux électeurs centristes comme Sanders ne l’a pas fait. Elle a formulé ses plans pour des choses comme l’annulation de la dette étudiante, la réforme du financement des campagnes électorales et la fiscalité en des termes qui plaisent aux modérés. Mais sa campagne a embrassé l’unité »de manière beaucoup plus explicite à l’approche des caucus. Lorsque Warren a obtenu une approbation clé de Janet Petersen, la dirigeante démocrate du Sénat de l’État de l’Iowa, Petersen a expliqué son approbation en disant qu’elle voulait un candidat capable de rassembler notre nation. » Tous les Iowans et tous les Américains peuvent s’unir derrière ses plans pour mettre fin à la corruption et garantir les opportunités », a déclaré la déclaration de Petersen. À Marshalltown, Castro, qui a approuvé Warren peu de temps après avoir abandonné la course présidentielle au début de janvier, a présenté la candidate en louant sa volonté de prendre son propre parti quand il était dans l’administration Obama. Et il a cité des sondages qui ont montré qu’un quart des démocrates seraient mécontents si Sanders ou Biden remportaient la nomination. Warren, a-t-il dit, réussit mieux par cette mesure. Elle peut organiser cette fête. Elle peut unifier les démocrates pour vaincre Donald Trump en novembre 2020 », a-t-il déclaré. Dans l’Iowa et ailleurs, les inquiétudes des électeurs concernant les politiques de Warren sont plus clairement concentrées autour des soins de santé – en particulier, son soutien au système à payeur unique, connu sous le nom de Medicare for All, défendu par Sanders. Après avoir été critiquée dans les premiers débats pour avoir évité la façon dont elle paierait la politique, Warren a été entraînée dans un marécage de plusieurs mois. De nombreux électeurs modérés ont dit craindre que le plan de soins de santé de Warren ne la rende éligible. Et à gauche, certains l’ont accusée de s’éloigner de Medicare for All lorsqu’elle a publié un plan qui transformerait le pays en soins de santé à payeur unique en utilisant d’abord une option publique du type privilégiée par Buttigieg et Biden. À la dernière étape de sa campagne, Warren a mis au point une réponse sur les soins de santé qui semble plus proche de celle de ses rivaux modérés – en commençant par une liste de solutions pratiques et réalisables comme la défense de la Loi sur les soins abordables et la réduction du coût des médicaments sur ordonnance. Elle parle beaucoup plus d’une option publique – la première phase de son plan – que de Medicare for All à payeur unique, la phase finale. Nous pouvons le faire dans le cadre de la réconciliation budgétaire – ce qui signifie que nous n’avons besoin que de 50 voix. Nous pouvons offrir une couverture médicale complète à 135 millions d’Américains gratuitement », a déclaré Warren à Manchester, dans l’Iowa, début janvier. Vous n’y êtes pas forcé si vous ne le souhaitez pas. Mais essayez. Voyez à quoi ressemblent les soins de santé lorsqu’ils sont juste entre vous et votre médecin. » Une fois que les gens l’ont essayé », a-t-elle terminé, nous votons sur l’assurance-maladie pour tous.» Spencer Platt / Getty Images Le récit de la campagne a fonctionné pour certains électeurs de l’Iowa. Dans le monde de ses politiques et de son approche, je pense qu’elle est très éligible », a déclaré Jim Ross, un employé du gouvernement qui est venu voir Warren à Davenport début janvier. C’est le plan de soins de santé de Warren en particulier, a déclaré Ross, qui lui a semblé avoir un large attrait. L’éligibilité ressemble à ce que vous abandonnez quelque chose pour rendre quelqu’un éligible, mais elle ne le fait pas », a-t-il déclaré. Je pense qu’elle frappe à la maison avec un large éventail, avec des démocrates conservateurs et des républicains plus libéraux. Elle peut les réunir. » Mais il y a aussi un danger pour Warren, en essayant de trouver cet équilibre, et en se vendant comme une candidate qui se situe quelque part entre les ailes modérée et progressive. La sénatrice Kamala Harris a essayé une approche similaire lors de sa course à la présidentielle, en publiant sa propre version de Medicare for All, qui a tenté d’apaiser les craintes des démocrates plus modérés de renverser le système d’assurance privé. Cela l’a ouverte aux attaques de la gauche et de la droite, et a renforcé une image qu’elle avait déjà développée en tant que candidate qui a changé de position politique pour plaire aux électeurs plutôt que de s’en tenir à des principes fermes. Début janvier, lorsqu’une frappe militaire ordonnée par Trump a mis fin au général militaire iranien Qassem Soleimani, Warren a initialement publié une déclaration condamnant Soleimani comme meurtrier. » Certains à gauche ont attaqué sa déclaration comme allant trop loin pour justifier la grève. Lorsque les déclarations ultérieures de Warren ont qualifié le meurtre de Soleimani d’un assassinat », elle a été critiquée par des experts et des centristes pour être malhonnête. La campagne de Warren a également pris une autre anxiété électorale de longue date: son sexe. Mary, une électeur de l’Iowa qui vit à Blue Grass, une petite ville de l’est de l’Iowa, a déclaré qu’elle avait vu – et avait été impressionnée par – Warren. Mais elle avait prévu de voter pour Biden, qu’elle était venue voir à Davenport. Elle est pétard, mais elle n’a pas toute l’expérience que Biden a », a déclaré Mary, qui ne voulait pas que son nom de famille soit utilisé. Puis, presque en aparté, elle a ajouté: Et je ne pense pas qu’elle puisse gagner, parce que c’est une femme, dang it, et ils n’aiment pas les femmes présidentes, je suppose. » Bien que Warren ait intégré les questions de genre dans ses discours tout au long de sa campagne, elle n’avait pas fait grand-chose pour répondre explicitement aux inquiétudes concernant l’électibilité. Cela a changé quand une histoire a été divulguée au début du mois que Sanders, un allié de longue date de Warren, avait déclaré à Warren lors d’une réunion privée qu’il croyait qu’une femme ne pouvait pas battre Trump. (Warren a plus tard confirmé ce compte, Sanders l’a nié.) Dans un message aux partisans après l’histoire, la campagne de Warren a reconnu que les inquiétudes concernant le sexisme dans la course présidentielle étaient quelque chose que beaucoup, beaucoup de gens ressentent. » Et Warren a utilisé la question inévitable dans le débat principal du lendemain pour se concentrer non pas sur Sanders, mais sur le sexe et l’électabilité. Il est temps pour nous de l’attaquer de front », a-t-elle déclaré à propos des allégations présumées de Sanders. Regardez les hommes sur cette scène: collectivement, ils ont perdu 10 élections. Les seules personnes sur cette scène qui ont remporté toutes les élections auxquelles elles ont participé sont les femmes, Amy et moi. » « Une fois que vous avez nommé la peur, elle devient moins effrayante. » Kathleen Keest, experte à la retraite en droit de la consommation à Des Moines, a déclaré qu’elle était heureuse que Warren ait abordé directement la question du sexe et de l’éligibilité, au lieu de la laisser s’envenimer, comme elle le pensait les démocrates dans le passé. Une fois que vous avez nommé la peur, elle devient moins effrayante. Nommer ça aide », a déclaré Keest. Cheryl, qui est venue voir Warren à Des Moines à la mi-janvier et ne voulait pas que son nom de famille soit utilisé, a dit qu’elle s’inquiétait »du sexe de Warren. Elle pensait que le pays était trop fortement opposé aux femmes candidates pour que quelqu’un comme Warren gagne. Elle prévoyait de voter pour Biden dans les caucus, a-t-elle déclaré. Je crois vraiment en elle. Je crois ce qu’elle dit et je pense qu’elle est probablement aussi honnête que n’importe quelle candidate », a déclaré Cheryl à propos de Warren. Mais elle a de grandes montagnes à gravir. » Je ne suis pas trop excité par quelqu’un d’autre. Mais la raison pour laquelle je pense que Biden est parce qu’il semble être le seul à gagner. Malheureusement – je préfère Elizabeth.  » Cheryl était heureuse que Warren ait pris la parole lors du débat sur les femmes éligibles, a-t-elle déclaré. Mais elle n’était pas convaincue par l’argument de Warren – du moins, pas suffisamment convaincue pour changer son vote.

Quand la crise arrive

Le marché des liens entre les entreprises indiennes et indiennes est instable. Les gestionnaires de fonds réciproques de dettes sentiront également la chaleur. En outre, le marché des documents professionnels est presque vide. L’anxiété générale est due à une chaîne de situations qui a commencé avec la première norme de dette de System Renting And Financial Systems (ILAndFS) qui s’est produite en juin de l’année dernière. Personne ne comprend quelle est la suivante: aucune entreprise du marché bancaire bancaire grand public (NBFC) ni aucune organisation de financement du logement (HFC) qui aura du mal à rembourser sa dette personnelle. Et quel genre de réponse en chaîne qui peut s’établir hors de. Au début, il semblait que la motion rapide de votre gouvernement visant à échanger le conseil d’administration de IL & FS résoudrait les problèmes. ILAndFS avait une dette personnelle de plus de 91 000 Rs, mais il était évident que chaque dette serait non remboursable. En fait, IL & FS disposait également de beaucoup de ressources et pouvait être liquidé de manière ordonnée pour rembourser la grande majorité de la dette, sinon la totalité, au fur et à mesure de ses résultats. La situation était que l’IL & FS en défaut effrayait le marché des documents commerciaux (CP), qui était en fait la méthode la plus efficace pour obtenir des liquidités pour l’ensemble du marché des NBFC. Les NBFC avaient sérieusement besoin du marché des PC pour rester à l’aise tout simplement parce qu’elles avaient remué sans cesse leurs dettes anciennes et en avaient contractées de nouvelles par le biais de l’émission de PC. Les livres de nombreux NBFC présentaient manifestement une énorme inadéquation en termes de responsabilité vis-à-vis des actifs. Ils ont obtenu des fonds à court terme (sous forme d’obligations et de CP), mais prêtés à l’avenir. Les actifs qu’ils ont prêtés sur le marché pour l’emploi intégré dans le logement et le développement des rues, outre les projets de croissance des PME. Celles-ci étaient la principale source d’argent pour les emplois que les banques jugeaient trop risqués d’offrir. (C’est une question très diverse, les NBFC ont également levé leurs fonds auprès d’institutions bancaires et les ont prêtées aux mêmes hommes et femmes que celles qu’elles ont refusé.) À condition que l’équilibre soit maintenu, il n’y avait pas de réel problème. Cependant, avec la norme ILAndFS, les chansons ont été arrêtées sur le marché du CP. Et cela a provoqué une énorme séquence d’occasions. Le premier problème qui a été révélé a été le cas de Dewan Housing, un HFC par ailleurs excellent. La société a eu du mal à augmenter les nouveaux fonds. Alors que la question était réglée, le groupe Zee a annoncé qu’il avait demandé à certaines sociétés de prêt de payer, même s’il avait tenté de collecter des fonds en vendant les armes les plus lucratives. Bref, mais après, les informations sur Reliance Capital, qui se trouvaient en difficulté, ont trébuché sur le devant de la scène.

Syrie: le business aussi

Des associés de nations arabes et américaines ont rejoint Damascus Overseas Acceptable, mais le nombre de visiteurs du site a déjà fait l’objet d’études antérieures de plusieurs années, Sowt al-Asima. Plusieurs délégations arabes et occidentales se sont jointes à la Syrie pour participer à la réunion de Damas Global Acceptable, en dépit des dangers que présente le fait de demander des sanctions pour engager des entreprises. Une délégation émirienne est entrée dans le volet «prise de contrôle», avec la médiation des hommes d’affaires syriens Samer Foz, Mazen al-Tarazi et les frères Moataz et Ramez al-Kheyat, parmi les informations faisant état de votre nouveau point de vue, à partir du changement de produits impliquant les deux endroits à tout moment. La délégation émiratie partait du président de la chambre du commerce et de l’industrie de Sharjah Holding et de V. P. aux Emirats Arabes Unis Chambre de commerce et d’industrie, Abdullah Sultan al-Oweis, un ami intime de l’homme d’affaires syrien Mazen al-Tarazi. L’adjoint-chef de votre chambre de commerce et de marché émiratie, Hameed Mohamed al-Ali, ainsi que le président du groupe Sayegh, Abdel Jabar Abdel Mohsin al-Sayegh, probablement les entrepreneurs les plus en vue de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis , est également allé à. La délégation comprenait également le président du groupe Rotana, Nasser Mohamed al-Noweis; le directeur de la compagnie Bin Dasmal Positioning, Abdullah Mohamed al-Suweidi; le directeur de l’organisation de la maison de reportage, Aref Ismail Khoury; et l’esprit de votre Horizon Power LLC, Rashed Saif al-Suweidi; et une partie du conseil d’administration de votre société de maintien Arabtec, a déclaré Mohamed al-Muhairbi. Le chef d’entreprise syrien, Mohamed Hamshou, a suggéré de reprendre les exportations pour les Émirats arabes unis, qui ont reçu l’accord préalable de tous les membres de la délégation pour discuter de la proposition peu après la fin des travaux. La toute première fois, l’Algérie a pris l’aspect acceptable de la saison en collaboration avec les Émirats arabes unis, de nombreuses organisations occupant de petites places. De nombreux pays non arabes du monde entier ont également pris des mesures raisonnables, comme le Venezuela, le Portugal, la Bulgarie et l’Argentine. L’Iran, qui est considéré comme le participant le plus important à l’acceptable, a dépensé le plus d’espace en termes d’espace et de variété d’entreprises, alors que la participation de la Russie se limitait à de petites organisations et à de petites localités. La Chine était pratiquement totalement absente, à l’exception de deux entreprises représentées par des revendeurs syriens. Le journal local de routine, Al-Watan, a indiqué qu’un certain nombre de contrats avaient été approuvés avec une délégation suédoise participant au processus acceptable, principalement en provenance de Syrie, sans qu’il soit nécessaire de clarifier les détails. Il est alors devenu évident que cette délégation ne symboliserait pas les organisations suédoises officielles, mais les expatriés irakiens et syriens qui avaient pris connaissance des articles syriens acceptables et achetés qui étaient très recherchés par les réfugiés en Suède, principalement les denrées alimentaires contenues dans les plats syriens comme les assaisonnements. , huile d’olive essentielle ainsi que d’autres. Au cours de l’acceptable, la délégation de Crimée a convenu d’un accord de collaboration commerciale et économique avec la partie syrienne, qui incluait des appels d’offres du gouvernement fédéral sur une propriété syrienne, notamment la reconstruction de votre train et la fourniture de produits céréaliers et pétroliers. Malgré le fait de pousser les employés des organisations gouvernementales à se rendre à la foire et de les envoyer par la poste dans des bus gratuits inclus dans un coup médiatique en raison de l’augmentation du nombre de visiteurs sur le site Web, leur part cette année a été très limitée par rapport aux deux dernières années. , lorsque le nombre de participants à un moment donné était supérieur à 500 000 invités.

Un été culinaire dans le Midwest

Certains endroits ont de bons rivages publics et les meilleurs repas. Certains ont des espaces plutôt naturels. D’autres individus présentent des petites villes traditionnelles. Ensuite, il y a le comté de Doorway, juste une petite retraite d’été dans le Wisconsin qui est acquise ci-dessus, après quoi certains. Entrance State est souvent appelé «Cape Cod of your Midwest», et il transforme les visiteurs occasionnels en clients récurrents intenses depuis de nombreuses années. Perchée à environ 50 kilomètres au nord-est de Green Bay, la péninsule longue de 70 kilomètres présente une dose concentrée d’Americana de petit village, avec des vignerons, des vergers de cerisiers, des phares vieillis, une nature sauvage éloignée et beaucoup de bontés de plage. Vous serez loin de la seule personne là-bas – Front Door Region semble être le lieu le plus recherché du Midwest – mais parfois les classiques intemporels adhèrent à toutes les causes. Permettez-moi de partager les choses les plus cool à voir et à faire dans le comté de Front Door et la meilleure façon de rencontrer la plupart de ses 300 kilomètres de littoral charmant – à partir de votre véhicule, du kayak et des sentiers. Schoolhouse Beachfront est l’une des attractions touristiques les plus bizarres du comté de Front Door. Au lieu de sable jaune, vous découvrirez des roches calcaires propres qui peuvent être si rares qu’il est illégal de les adopter en bord de mer. Schoolhouse ne sera pas l’un des nombreux fronts de mer de ce type sur terre, ce ne sera pas l’endroit le plus confortable au monde pour bronzer, cours de cuisine mais peu importe: L’eau potable cristalline et le rivage calme offrent un rafraîchissement mental rapide. Cette cale Global Dark Skies (un nom fantaisiste qui signifie: les étoiles sont remarquables ici) longe 11 un long chemin du rivage du lac Michigan. Avec une petite partie de la foule comme zone de loisirs Peninsula Express très populaire, c’est l’endroit suprême pour sortir de la grille et parcourir les dunes de randonnée balnéaires cachées. Bien que vous soyez dans cet article, vous pourriez en même temps chercher la plage des secrets. Pensez que c’est après les pays européens Bay Street de la région biologique Bay Forest Express des pays européens, où vous aurez plus d’un mile de rivages cachés et de pistes de dunes balayées par le vent à peu près tout pour vous. Considérez-le comme une distanciation sociable à son meilleur. Uniquement disponible en ferry depuis le continent du comté de Door, cette communauté de pêche sportive à l’ancienne (les deux îles tropicales seules ainsi que sa communauté principale sont appelées Washington Island) semble peu modifiée par le vent de votre énergie. Générez votre véhicule juste à côté du ferry et traversez l’île tropicale idyllique de 25 kilomètres de distance. Il a reçu quelques emplacements et zones de plage tranquilles, ainsi qu’une modeste galerie maritime. Déjeunez ou dînez avec le génial Fiddler’s Respectueux de l’environnement, où les groupes de séjour composent une arène confortable dans le salon.

Les femmes toujours moins bien rémunérées que les hommes

Sur le plan idéologique, cependant, il ne semble pas que la culture ait gardé de la vitesse en ce qui concerne les objectifs de rémunération selon le sexe. Cela n’est pas censé faire une différence, en théorie, mais environ sept adultes sur 10 répondants à une étude de Pew Research Middle 2017 ont déclaré qu’il était «très important» qu’une personne ait la capacité d’aider un ménage économiquement afin d’être un excellent mari ou conjoint, mais seulement 32% ont déclaré exactement la même chose à propos des femmes. Les adultes plus pauvres, cependant, ont été plus égalitaires, soulignant la valeur des femmes et des hommes à fournir aux membres de la famille, et les répondants titulaires d’un diplôme universitaire ont classé la capacité à fournir comme beaucoup moins cruciale que les personnes qui n’ont qu’un diplôme d’études secondaires (81% et 67 pour cent en conséquence). En outre, il semble que les attentes conventionnelles selon lesquelles les hommes devraient faire beaucoup plus aient persisté, un nouveau dossier publié par le US Census Bureau implique que les couples pourraient trouver gênant que les femmes soient les soutiens de famille. Lorsque les femmes ont été les plus grandes sources de revenus, chaque mari et femme a sous-déclaré son revenu et gonflé le sien. Au sein de ces partenariats dans lesquels les conjoints gagnaient beaucoup plus, les hommes augmentaient leurs revenus particuliers de près de quelques facteurs de pourcentage de plus que les choses qu’ils avaient notées sur leur type de déclaration de revenus, et les conjoints notaient leurs revenus plus élevés car 1,5 portion de détails de moins que les choses qu’ils ont déclarées, dit Marta Murray-Shut, économiste au Census Bureau et co-auteure de la recherche. Les réactions sont plus sûrement liées à la vérité lorsque les hommes gagnent beaucoup plus que leurs femmes associées. Des rapports antérieurs (et généralement largement documentés) ont mis en relation des femmes soutiens de famille avec des conséquences défavorables sur les relations. Selon une étude de 2015 de l’Université de Chicago, les femmes qui gagnent plus que leurs compagnons masculins – même seulement 5 000 $ de plus par an – augmentent la probabilité qu’elles se séparent. Cela a fait écho avant la recherche suggérant que les gains plus élevés des femmes plus de chances de séparation. De plus, les experts canadiens ont découvert que les femmes qui gagnent plus que leur mari subissent une «fuite de statut», ce qui signifie que leur affiliation avec des individus de statut réduit réduit également leur position particulière. Les femmes qui pensent qu’elles se trouvent dans un échelon supérieur à celui de leurs compagnes sont très susceptibles de se sentir vraiment gênées ou irritées du statut inférieur de leur mari et très probablement mécontentes à ce sujet et de prendre en compte la séparation et le divorce, ont écrit les auteurs. Un bon exemple de la façon dont ces anticipations ont un impact sur le comportement des femmes provient du centre college, ou de ce que dans certaines régions des États-Unis on appelle le premier cycle du secondaire. Le mathématicien Andrew Dittmer est une arithmétique éduquée en marge des 6e et 7e années des écoles publiques de Cambridge. Il a remarqué un changement distinct depuis la puberté des femmes et a commencé à prendre très au sérieux le concept de la datation. Un plus grand nombre de jeunes femmes n’ont pas hésité à réussir en mathématiques. Mais cela a changé. Il était toujours acceptable d’être excellent en mathématiques dans le cadre d’être perçu comme habituellement sage et lié à l’université. Mais les femmes qui avaient terminé leurs études en mathématiques et qui avaient des aptitudes se sont retirées de leur travail. La poignée de ceux qui persistaient étaient souvent harcelés par les femmes comme étant des nerds, même si ces personnes étaient personnellement accrocheuses. Plus précisément, le marketing est une forme d’importance et la plupart des gens réduisent la tolérance envers les femmes qui manifestent des actions hostiles. Cela avait été stupéfiant parce que j’ai travaillé avec de nombreuses sociétés de solutions spécialisées à quel point quelques «styles» individuels ont été bien tolérés par les femmes âgées. Et je doute aussi que cela ait été largement alimenté par les clients, car j’ai vu des femmes chez McKinsey qui ont été considérées comme ayant un problème de «style» et avaient été livrées à Roger Ailes pour un coaching qui a gardé l’entreprise et a continué à être très productif avec cadres supérieurs.

Les machines qui seront plus pertinentes que les hommes

Plus d’un quart de siècle, nous avons maintenant réussi à regarder Internet en interrogeant un moteur de recherche en utilisant plusieurs phrases clés pertinentes. Sans la nécessité d’un tel outil, Internet peut être simplement un dépotoir inutile d’informations. En 1998, Agence SEO Lille l’algorithme PageRank de Google a redéfini ce que nous devrions obtenir en ce qui concerne l’importance des résultats de recherche. Plus récemment, une digestion sémantique est devenue incluse dans la magie, ce qui aide le générateur à comprendre une requête qui avait été exprimée dans la terminologie ordinaire. Dans un futur pas trop lointain, nous pourrions probablement déterminer les documents en engageant un court dialogue de type Q&R avec un moteur de recherche Internet, de la même manière que nous le ferions avec un libraire. Il vient cependant avec une distinction essentielle d’un libraire et d’un moteur de recherche Internet. Au cas où vous ne souhaiteriez pas savoir quelle réserve vous devriez lire, vous pouvez essayer de demander au libraire de l’examiner pour vous personnellement en quelques phrases. Ce type de processus de résumé a très longtemps semblé complètement hors de portée dans les approches traditionnelles de la PNL structurées par des lignes directrices et n’a pas été considéré comme pratique dans un avenir prévisible. Mais, petit à petit, les choses changent maintenant avec la dernière amélioration des modèles d’étude sérieuse pour la PNL. Pour le moment, imaginez simplement que vous avez une liste de baisse directement à côté du champ de saisie de votre moteur de recherche préféré respectif qui vous permettrait d’établir la taille d’un résumé automatique pour un article donné. Dites, une phrase, 10 phrases ou un résumé d’une page. Serait-ce utile? Fondamentalement, il est vraiment tout à fait possible qu’il puisse facilement confirmer si précieux qu’il pourrait devenir omniprésent. En plus de stimuler la recherche de fichiers, il pourrait également aider à de nombreuses autres tâches. À titre d’exemple, cela peut aider les experts à suivre un flux vertigineux de publications dans des domaines comme le traitement ou l’IA. Beaucoup plus prosaïquement, cela pourrait aider à créer des informations produit rapides pour les détaillants en ligne avec des brochures trop volumineuses pour être traitées manuellement. De nombreux autres exemples d’utilisations de la synthèse intelligente sont définis par exemple ici. Pour les documents de plus grande taille avec un certain nombre de centaines de pages Web comme des romans, ces types d’équipements de synthèse universels participent néanmoins au domaine de la science-fiction. Néanmoins, en raison de la mobilité réellement surprenante des modèles de compréhension approfondie, l’attente ne sera pas si longue pour des outils qui pourraient examiner des documents à un ou deux sites dans certaines phrases, au moins dans certaines parties de la compréhension. Le but de ces informations est de décrire les détails récents des unités et des architectures de découverte sérieuse qui nous ont rapprochés un peu plus de l’objectif. L’analyse humaine de l’aperçu est subjective et consiste en une décision comme le type, la cohérence, l’exhaustivité et la lisibilité. Malheureusement, aucun rapport n’est actuellement reconnu, qui peut être les deux simples à comprendre et dédiés à l’opinion de l’homme. La note ROUGE est la meilleure que nous ayons, mais elle présente des lacunes apparentes alors que nous devrions certainement le voir. ROUGE compte simplement le volume de mots et de phrases, ou n-grammes, qui se trouvent être présents avec la conclusion créée par un équipement ainsi qu’une conclusion de guide écrite par un individu.

Les tests et développements d’avions de chasse

Celles-ci sont d’autant plus nécessaires que les entrées d’air principales sont situées près du sol, ce qui provoque l’ingestion de corps étrangers, notamment lors des opérations depuis des pistes sommairement aménagées, pour lesquelles le MiG-29 est conçu. La voilure du MiG-29 confère à cet appareil une bonne portance et une charge alaire peu conséquente, nécessaires à l’obtention d’une excellente manœuvrabilité. L’habitacle du Fulcrum est spacieux et recouvert d’une très grande verrière, qui offre au pilote une très bonne visibilité tous azimuts, dont ne bénéficie pas ceux qui volent sur les autres avions de conception soviétique. Le pare-brise, dépourvu de montants, donne une excellente vision frontale, améliorée par l’adoption d’un nez légèrement incliné. Le siège éjectable K-36DM offre aux pilotes de grandes chances de s’en sortir en cas d’accident, car il peut même être utilisé au sol. Le MiG-29 « 9.12 » est équipé du système de combat SUV-29 comprenant le désignateur de cible RLPK-29 et le système optronique de navigation OEPrNK-29. Le désignateur de cible est basé sur le radar N019 Roubine développé par Phazotron.

L’équipement comprend des datalinks (moyens de communication numériques sécurisés). Le datallink APD-518 prend en compte les données des capteurs du MiG-31 et celles venant du sol et d’avions de combat amis. Cela permet au Foxhound de coordonner l’ensemble du système de défense aérienne. Une escadrille de quatre MiG-31BM peut s’échanger automatiquement les données générées par les radars dans un rayon de 200 km. Le MiG-31BM peut aussi diriger les autres avions vers les objectifs qu’il a repérés. L’escadrille de quatre de quatre MiG-31BM peut contrôler l’espace aérien d’une ligne de front de 800 à 900 km. L’intercepteur peut lancer des alertes aériennes précoces et s’occuper du contrôle aérien. Cela permet aux avions A-50 AEW d’effectuer d’autres missions. Le MiG-31BM est propulsé par deux turboréacteurs D-30F6 économes en carburant, qui lui permettent d’atteindre la vitesse maximale de 2883 km/h à haute altitude et environ 1554 km/h à basse altitude. Il peut passer le mur du son en vol horizontal ou ascensionnel, alors que la majorité des avions supersoniques passent le mur du son en descendant légèrement. F-16N (N pour Navy, désignation officielle mais non-réglementaire, l’appareil aurait dû s’appeler F-16E ou F-16G) : version monoplace du Block 30 destinée à l’US Navy pour l’entraînement au combat. TF-16N : version biplace du F-16N. F-16CG/DG Block 40 et 42 « Night Falcon » : version équipée pour l’attaque au sol de nuit et par mauvaises conditions météo. V)7, écrans multifonction couleur et générateur d’affichage programmable, nouveau MMC, nouvelle carte numérique de terrain, nouvelle caméra vidéo couleur et magnétoscope pour enregistrer les images de la vue du pilote du HUD, système de transfert de données plus rapide. Moteurs General Electric F110-GE-129 (Block 50) ou Pratt & Whitney F100-PW-229 (Block 52) plus puissants. F-16CJ/DJ Block 50D et 52D : versions du Block 50 et 52 spécialisées dans la destruction des radars et défenses antiaériennes ennemies (missions SEAD) en remplacement des F-4G Wild Weasel. Elle est équipée d’un pod Texas Instruments AN/ASQ-213 HTS(HARM Targeting System) et du HARM ALIC (Avionics/Launcher Interface Computer).

Un avion de combat de type F/A-18 Hornet des forces aériennes suisses est porté disparu depuis 16H30, a annoncé le Département fédéréal de la Défense (DDPS), ce 29 août. « Des recherches ont immédiatement été lancées. Le sort du pilote est actuellement inconnu », a ajouté le DDPS. L’appareil a disparu des écrans radar alors qu’il survolait la région de Susten (Valais). Les forces aériennes suisses ont perdu trois F/A-18 Hornet en trois ans. En 2013, un appareil de ce type s’était en effet écrasé dans la région de Lopper, près d’Alpnachstad. Son pilote ainsi qu’un passager – un médecin de l’Institut aéronautique de Dübendorf – y avaient laissé la vie. Puis, deux ans plus tard, un autre F/A-18 était tombé dans la région de Besançon, dans un secteur d’entraînement commun à la France et à la Suisse. Le pilote avait pu s’éjecter. Plus tôt cette année, un F-5 Tiger de la Patrouille suisse s’était écrasé à la suite d’une collision au cours d’un entraînement en vue d’une représentation aérienne sur la base aérienne néerlandaise de Leeuwarden (nord).

Découvrez évaluation du magazine Road CC (en anglais) des roues en carbone Fulcrum Racing Quattro. Avec une telle combinaison, vol baptême L39 Reims la jante de 40 mm est aussi à l’aise sur les ascensions qu’en tête de peloton sur route plate. Il s’agit d’une solution parfaite pour ceux qui pédalent sur différents terrains ou simplement ceux qui veulent une paire de roues qui peut améliorer leurs performances dans toutes les situations qu’ils peuvent rencontrer en selle. Pour une meilleure rigidité en torsion et sur le côté par rapport aux modèles précédents, la gamme Racing Quattro 2016 sera proposée dans un format de 17 c (largeur externe de 24 mm). La nouvelle largeur permet également une interface parfaite avec les pneus de 25 mm pour un équilibre parfait entre meilleure adhérence et faible résistance au roulement. La jante en fibre de carbone offre moins de poids de rotation et augmente ainsi la réactivité en plus d’un poids global faible. Elle offre des accélérations rapides sur terrain plat et en montées, et moins de poids à traîner lors des ascensions plus longues, ce qui pose généralement problème aux cyclistes.

Les Philippines ont désigné le Saab JAS-39 C/D Gripen comme le meilleur candidat pour répondre aux besoins de la modernisation de la Force aérienne du pays. Le secrétaire à la Défense, Delfin Lorenzana, a déclaré que le chasseur suédois était la meilleure option en termes de prix et de capacité. Le choix de l’avion suédois fait suite à une recherche approfondie en la matière. Lorenzana a également déclaré que les États-Unis avaient proposé de leurs côtés le Lockheed-Martin F-16, mais que cette solution avait été jugée d’un coût prohibitif d’une part et que le développement à long terme de l’avion n’était plus suffisamment garantit. Il semble également que le gouvernement philippins désire ne pas devoir trop dépendre des « USA » et que la voie d’un avion en provenance d’un pays neutre soit favorisée. Les Philippines sont entrés de plein pied dans la seconde phase de modernisation de leur aviation de combat. La Force aérienne du Myanmar (ex Birmanie) a reçu ses 6 premiers avions de combat JF-17M « Thunder » sur un total de 16 appareils commandés en 2015 sur un contrat d’une valeur de 560 millions de dollars. Le JF-17 « Thunder » viendra épauler progressivement les MiG-29SM modernisés de l’armée de l’air du Myanmar. Une seconde commande n’est déjà pas exclue d’ici 2020 pour venir remplacer les F-7M, FT-7 et A-5IIKM chinois vieillissant. Le JF-17M « Thunder » Block II destiné au Myanmar a ffectué ses vols de qualification en 2017, il s’agir de la même version utilisée par le Pakistan. La Force aérienne du Myanmar (MAF) va faire peau neuve et aussi rationaliser sa flotte. Les JF-17M devraient être principalement affectés aux missions de l’appui aérien rapproché. Le Myanmar est le premier pays à acheter le JF-17 pour remplacer sa force de combat vieillissante composée de 24 chasseurs J-7 vieillissants et de 16 avions d’attaque au sol A-5IIK. Le MAF dispose d’un effectif de 112 chasseurs, environ 80 avions d’entraînement, 25 avions de transport et environ 140 hélicoptères. Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est co-financé par le Pakistan et produit par PakistanComlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôles d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21). L’armement comprend un canon GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 et PL-12/SD-10 chinois.

La montgolfière

Comme je suis curieux de nature, j’ai effectué bon nombre d’expériences aériennes durant ma vie. Mais ma préférée reste clairement celui que j’ai fait en juillet dernier : je me suis offert un vol en montgolfière à Revel. Je peux vous dire que découvrir la Terre depuis les hauteurs a procuré un moment résolument original. Celui-ci était à ce point magique que chacun à bord est resté muet. C’est bizarre, de devoir s’envoler pour se rendre compte à quel point la Terre est superbe. Dans la vie de tous les jours, l’on ne prête plus attention au panorama. Mais depuis un ballon, ça fait un effet boeuf son incroyable beauté ! Mais le panorama, aussi plaisant qu’elle soit, n’est pas ce qui rend l’expérience si particulière. Le coeur de l’expérience, c’est le changement de grain, pour moi. A 500 mètres d’altitude, l’on ne repère plus les détails mais l’on bénéficie d’une vue d’ensemble. Ce qui fait que la route cesse d’en être pour devenir une simple ligne parmi d’autres. On observe donc le sol de la façon dont le verrait un ange. Imaginez. Ca ne se produit pas régulièrement ! C’est cette variation de perception qui rend ce vol à ce point singulier : depuis les cieux, le monde ordinaire dévoile d’un coup un autre sens. Il n’a pas changé d’un iota, mais il est étranger, et il faudrait être bouché, on ne peut qu’être hypnotisé par cette nouvelle facette. Si vous aimez les expériences pas comme les autres, je vous recommande la chose. C’est une chose qui enrichit l’âme. Vous pouvez jeter un coup d’oeil au site du prestataire…Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce de diner en montgolfière.